vendredi 22 février 2008

Avant la fin de la saison des soupes,deux soupes sinon rien

Les tunisiens ont la fâcheuse tendance de ne manger des soupes qu'en hiver, quoi que le calendrier musulman , qui est un calendrier lunaire tournant , les contraint à en manger pendant l'été , puisque le mois de ramadan ,mois des soupes par excellence,s'installe peu à peu dans la saison chaude.Le sder , la hlelem, le hsou bil kaaber ,les rechtas et autres chorbas referont surface alors sur nos tables de rupture du jêune.Cependant ,et avant que la saison des soupes ne nous quitte pour nous donner rendez-vous en Septembre prochain ,je vous livre deux soupes que j'ai réalisé ces derniers jours ,l'une traditionnelle et qui porte le curieux nom de Aycha Beya alors qu'elle ne comporte rien de beylical dans sa composition , et la deuxième qui vient d'autres horizons , mais que j'ai customisé pour mieux l'adapter à nos habitudes culinaires.
Je note en passant que j'ai raté de peu un très beau concours que Nadouille a organisé sur son blog Fussoir ,et où vous trouverez une mine de soupes alléchantes!


Aicha BEYA

C'est une soupe rouge contrairement à d'autres chorbas claires qui ne contiennent pas de tomate concentrée et qu'on dit zaara(blondes).On peut préparer cette soupe avec du kadid(dont vous trouverez la recette ici, chez wissal), de la viande fraîche ,ou ,comme ici avec des andouillettes. Dans une grande cocotte , mettre de l'oignon ,des poichiches ,des petits pois, de la tomate concentrée , de l'harissa, et une andouillette. Faire rissoler un moment , couvrir avec assez d'eau et laisser cuire une bonne demie heure.Quand tous les ingrédients sont bien cuits , vérifier le sel et introduire une petite quantité de pâtes '( des fells n° 1,les plus petites),du persil haché, ajouter aussi un ou deux piments , doux ou forts selon votre goût.En fin de cuisson, ouvrir l'andouillette et éparpiller son contenu dans toute la soupe,pour que tous en profitent.

Velouté de poireaux et de champignons , avec nuage de crème et noix de muscade



La recette originelle contient du lard que j'ai changé avec un blanc de poulet , et des champignons frais , pas toujours disponibles chez nous , que j'ai changé avec une boite de champignons de Paris en conserve

Eplucher les poireaux , laver et mettre dans une marmite .Ajouter le blanc de poulet et un pomme de terre moyenne ,saler ,poivrer et laisser cuir.Egouter les champignons et les introduire juste avant la fin de cuisson.Laisser bouillir encore quelques minutes .Laisser refroidir un peu puis mixer le tout au robot.Verser dans une casserole, ajouter un pot de crème fraîche , et une pincée de noix de muscade.Servir chaud.Pour voir d'autres soupes tunisiennes cliquez ici, ici,ou encore

4 commentaires:

crimetcondiment a dit…

Bonjour Moghrama
Je prends sans hésiter la seconde, dommage pour moi avec la première (pour les raisons que tu connais). Je ne connaissais pas du tout ce nom! Yâatik essaha pour l'adaptation, c'est astucieux. Et j'adore ce service (le deuxième), je l'ai vu et je crois que je ne sais pas si je vais pouvoir résister plus longtemps, je le trouve si romantique.

moghrama a dit…

bonjour tunis , oui je sais que tu ne manges ni kaddid ,ni viande rouge ,on commence à bien se connaître...
pour le service, il est chez dar ya , profite tant que c'est encore les soldes , il y a de belles choses aussi chez Zamahome..bonne fin d'après midi

wissal a dit…

bonjour moghrama, j'ai rigolé en voyant le nom de la soupe, non pas que je connaissais pas mais que ma grand mére(paix sur son âme) l'adorait et qu'a chaque fois qu'elle l'appelait comme ça j'était morte de rire, tu m'a projeter tellement loins...!!!
je me rapelle aussi que maman pleurait à chaque fois que je la lui faisait parce qu'elle avait le même gôut que celui de sa maman(la même grang mère que j'ai cité)
merci beaucoup, c'est un vraie plaisir de découvrir tes nouveauté, à chaque fois je rentre chez moi vers 11 h pour une petite pose de 10 mn et je cours ouvrire ton blog pour voir les nouveautées, et je retourne au travail, encore merci pour ces dèlicieuses petites recettes;
et de m'avoir cité;
madame mélancolique l'autre nom de wissal;-p

Sosso a dit…

Alors elle s'appelle Aicha beyya, et ben !!
Pour moi cette soupe et ses semblables étaient synonyme de pleurs. Je pleurnichais en avalant ma soupe sous le regard de ma mère qui me disait tu va la rendre trop salée avec tes larmes. Je n'aimais pas ce genre de mets et à l'époque maman était intraitable. Pas de chichi on doit tout manger. Je ne regrette pas son attitude elle m'a appris à apprécier pas mal de plats de notre cuisine. Merci pour la recette.